Syrie: valse hésitation en occident malgré les accusations

Le président américain Barack Obama a affirmé mercredi ne pas avoir pris de décision sur une intervention en Syrie, mais évoqué un “coup de semonce”, tandis que Londres veut attendre la fin de l’enquête de l’ONU.

“Je n’ai pas encore pris de décision” sur une action en Syrie, a indiqué mercredi Barack Obama à la télévision. Les Etats-Unis ont considérablement durci le ton contre le régime syrien depuis l’attaque à l’arme chimique près de Damas le 21 août qui aurait fait plusieurs centaines de morts.

Assurant que son pays avait conclu à la responsabilité du gouvernement de Bachar al-Assad dans cette attaque, le président des Etats-Unis a toutefois écarté un “engagement direct militaire” de son pays dans la guerre civile syrienne. L’idée sous-jacente est que le gouvernement syrien “reçoive un message assez fort sur le fait qu’il ferait mieux de ne pas recommencer” à utiliser des armes chimiques, a-t-il expliqué.

“Si nous envoyons un coup de semonce pour dire ‘arrêtez’, nous pouvons avoir un impact positif sur notre sécurité nationale à long terme”, a encore argumenté le président.

Londres attend l’enquête de l’ONU

De son côté, le Royaume-Uni ne va pas lancer d’action militaire en Syrie avant d’avoir eu connaissance des résultats des experts de l’ONU qui enquêtent sur place sur l’attaque du 21 août, selon une motion du gouvernement qui doit être soumise jeudi à un vote du Parlement.

Selon le patron des Nations unies Ban Ki-moon, les experts ont besoin de quatre jours pour boucler leur mission entamée lundi. Ces experts ont mené mercredi leur deuxième visite sur l’un des sites attaqués et effectué des prélèvements sanguins, d’urine et de cheveux auprès de victimes.

L’armée syrienne se prépare au pire

Le président russe Vladimir Poutine et son homologue iranien Hassan Rohani ont jugé “inacceptable” l’utilisation d’armes chimiques “par qui que ce soit” en Syrie, au cours d’un entretien téléphonique mercredi soir.

Moscou estime toutefois que les projets occidentaux d’intervention constituent un “défi” à la Charte de l’ONU et l’a signalé à Ban Ki-moon.

Par ailleurs, l’armée syrienne a annoncé se préparer à la pire des hypothèses en cas de frappes occidentale contre le pays. “Nous prenons les mesures pour protéger le pays de la frappe et préparer les conditions d’une riposte adéquate”, a expliqué un responsable de la sécurité.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *