Québec/budget: l’opposition menace de faire tomber le gouvernement

 

Le libéral Philippe Couillard et le caquiste François Legault feront tomber le gouvernement si le ministre Nicolas Marceau ne change pas de cap sur l’enlisement dans l’encre rouge des finances publiques pour deux ans.

Jeudi, les deux hommes ont répondu de la même manière lorsque interrogés sur ce que feront leurs ailes parlementaires lors de la présentation du prochain budget du ministre des Finances. Avec une majorité de sièges à l’Assemblée nationale, le Parti libéral du Québec (PLQ) et la Coalition avenir Québec (CAQ) peuvent décider du sort du gouvernement sur un vote de confiance.

«Sur la base de ce que nous voyons, aujourd’hui, ce serait très difficile, je crois, pour nous, de maintenir notre confiance […] si les chiffres ressemblent à cela – et il n’y a malheureusement pas de raisons de croire qu’ils seront très différents», a commenté le chef du PLQ.

«Nous n’avons pas changé d’idée là-dessus», a tranché le chef de la CAQ, qui promet de renverser le Parti québécois si le déficit zéro n’est pas rétabli pour 2014-2015, une exigence «non négociable». M. Legault a cependant glissé «qu’il n’est pas trop tard» et qu’il reste quatre mois pour que le «PQ [Parti québécois] se réveille».

Le caquiste a été le plus cinglant. Selon lui, le ministre Marceau «a perdu le contrôle des revenus, des dépenses, des immobilisations. Résultat», la dette du Québec explosera au cours des deux prochaines années de 14 milliards $, selon lui.

«M. Marceau nous dit depuis des mois que tout va bien. Eh bien! Il s’est endormi au volant et il se réveille pour nous dire qu’on s’en va direct dans le mur.» Il a accusé le ministre de mentir en attribuant le faible taux de croissance économique de 1 % à un «problème d’inflation mondial ou nord-américain».

Son critique en matière de finances, Christian Dubé, a aussi traité Nicolas Marceau de menteur. Sur le contrôle des dépenses, allégué par le ministre, «c’est faux, archi-faux», a lancé M. Dubé, qui parle d’une dérive «d’au moins 800 millions $» par rapport aux précisions.

Le libéral Philippe Couillard a lui aussi assuré que s’il est porté au pouvoir, il présentera un budget équilibré dès 2014-2015. S’il ne croit pas que le PQ peut l’atteindre en 2015-2016, il annonce que sa formation politique mettra de l’avant «un cadre financier lors de la prochaine campagne électorale», prévoyant le déficit zéro dès la prochaine année.

M. Couillard s’est ménagé une porte de sortie. «Quelle sera la situation dans quelques mois? Nous ne sommes pas au gouvernement, aujourd’hui.» À l’instar de son adversaire caquiste, il soutient «que le Québec est en panne alors que la relance s’accélère ailleurs» au Canada.

La députée de Québec solidaire Françoise David s’est inquiétée du milliard de dollars que le ministre Marceau veut économiser pour boucler sans déficit son budget 2014-2015. Elle craint des coupures dans les services publics.

La co-porte-parole de la formation de gauche, qui compte deux élus, a affirmé qu’il y a moyen de faire autrement : aller «chercher des revenus additionnels dans les entreprises financières, dans les minières avec des redevances plus élevées que ce que le PQ a annoncé et chez les contribuables à revenus très élevés»

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *