Pont Champlain : le grand chambardement est pour cette fin de semaine

L’opération de sauvetage du pont Champlain, qui se déploiera toute la fin de semaine, est sans précédent. Inédite, spectaculaire mais risquée, l’installation de cette super-poutre de 75 tonnes obéira à un nombre incalculable de paramètres et de conditions, définis dans un protocole d’installation détaillé et méthodique rédigé en 2009. L’opération a été mise en branle en mode «accéléré», mais elle se déroulera avec une extrême lenteur. La société fédérale Les Ponts Jacques-Cartier et Champlain n’a pas droit à l’erreur. –

>Étape 1 Chargement de la poutre

Début prévu: vendredi, 14h Durée approximative: six heures

La première étape de l’opération consiste à charger la poutre de support (ou «super-poutre»), qui fait 56,5 mètres (185 pieds) de longueur, sur un camion-remorque, qui la transportera jusqu’à la poutre fissurée, à environ 1 kilomètre de l’ancien poste de péage, où elle a été assemblée.

Le levage de cette poutre de 75 tonnes sera assuré par deux grues mobiles de 160 tonnes, situées à environ 10 mètres de part et d’autre de la poutre de support. La manoeuvre est très délicate: pendant qu’elle sera suspendue aux câbles des grues, la poutre sera en effet «vulnérable» aux vents.

Le «plan de levage» prévoyait, à l’origine, que l’opération soit annulée si les vents soufflent à plus de 34 km/h. Les ingénieurs qui ont revu la procédure ont rabaissé cette limite à 20 km/h. Si les vents dépassent 20 km/h, l’opération n’aura donc pas lieu.

Le fardier qui doit recevoir la poutre sera positionné entre la poutre et les grues. Le levage à deux grues se fera en soulevant la poutre et en approchant la charge du fardier pour l’y déposer.

La poutre sera ensuite stabilisée sur la remorque avant que le fardier la traîne jusqu’à destination.

>Étape 2 Transport de la poutre sur le pont

Début prévu: samedi, 2h

Durée approximative: une heure

La poutre sera chargée sur une remorque de type surbaissée à trois essieux, tirée par un tracteur muni d’un chariot autodirecteur (steeringdolly) à six essieux qui permet d’allonger la longueur totale du fardier. Le camion roulera au-dessus de la poutre #3, soit la voie de circulation de gauche, dans la direction de la métropole.

Pendant cette manoeuvre et le débarquement de la poutre, le pont Champlain sera entièrement fermé à la circulation, de 2h à 7h du matin, et ce, dans les deux directions.

Le poids combiné du camion et de la poutre dépassera 80 000 kg. Pour éviter tout effort indu sur le pont, le fardier sera donc en mouvement au-dessus d’une poutre centrale. Il s’arrêtera à hauteur de la poutre à renforcer, mais sans s’en approcher. Tout au long du mouvement, sa vitesse ne devra pas dépasser 10 km/h.

>Étape 3 Débarquement et mise en place sur la poutre fissurée

Début prévu: samedi, 3h Durée approximative: quatre heures

En 2009, lorsque la société fédérale Les Ponts Jacques-Cartier et Champlain (PJCCI) a élaboré ce concept de super-poutre de support d’urgence, le protocole d’installation de cette poutre, conçu par une firme d’ingénierie, prévoyait que celle-ci soit débarquée du camion à l’aide d’une seule grue et installée sur un chariot monté sur rails, pour l’aligner avec une plus grande précision. La construction du rail aurait nécessité des travaux de plusieurs jours, en plus d’abîmer sérieusement la dalle du pont, qui aurait dû être partiellement reconstruite avant la réouverture des voies de circulation. Cette procédure, décrite par le menu détail dans un document de 226 pages, ne sera pas utilisée, pour gagner du temps. Au lieu de cela, la poutre sera débarquée du camion à l’aide des deux mêmes grues de 160 tonnes qui l’ont hissée sur ce fardier. Le même protocole s’appliquera quant aux vents, qui ne devront pas dépasser 20 km/h au-dessus du fleuve. La poutre passera ainsi de la voie numéro 3, près du centre du pont, jusqu’à la poutre à renforcer, située du côté en amont du pont, à une quinzaine de mètres du camion. La poutre de support sera déplacée avec une lenteur extrême, sur une durée de quatre heures.

Elle sera déposée sur la poutre fissurée, découverte il y a deux semaines, mais elle reposera sur les extrémités des deux poutres de béton voisines, qui sont en bon état. Les grues maintiendront la super-poutre en place tout au long des travaux d’installation.

>Étape finale 4 installation de la poutre

Début prévu: samedi, 7h Durée prévue: environ 20 heures

La dernière étape de l’opération de secours pour sauver la poutre fissurée située du côté en amont du pont, au-dessus du fleuve Saint-Laurent, prendra près de 20 heures.

Des travailleurs descendront sous le pont, dans une nacelle suspendue au bout du bras télescopique articulé d’une grue de 30 ou 45 tonnes, stationnée sur le pont Champlain.

La super-poutre d’acier reposera alors sur les extrémités de deux poutres saines situées de chaque côté de la poutre fissurée. Les ouvriers introduiront alors de longues tiges filetées dans la structure d’acier de la super-poutre, qui descendront «en dessous de la poutre ayant besoin de renforcement». La poutre abîmée sera ainsi entièrement soutenue par la poutre d’acier.

Dans la nuit de dimanche à lundi, sous la lumière des trois tours d’éclairage et de cinq puissants projecteurs qui éclairent le chantier, la poutre fissurée, qui fait angoisser la métropole depuis deux semaines, sera enfin consolidée. Temporairement.

Au printemps 2014, un treillis métallique, installé sous la poutre, viendra soutenir, pour de bon, la structure fissurée. La «super-poutre» sera alors retirée et renvoyée à l’entreposage en attendant la prochaine crise. Une crise qui pourrait venir assez rapidement, étant donné l’état général des 99 autres poutres de rive du pont Champlain.

L’état d’au moins 12 de ces poutres est jugé préoccupant.

Le dispositif a été conçu par des ingénieurs de la société Les Ponts Jacques-Cartier et Champlain, qui gère les ponts fédéraux de la région métropolitaine, pour répondre précisément à ce type de crise, anticipée depuis le milieu des années 2000.

Selon des documents obtenus par La Presse, l’utilisation de la poutre d’acier devait faire l’objet d’une sorte de répétition générale qui n’a jamais eu lieu, l’été dernier, afin de raffiner le protocole d’installation qui s’étendait techniquement jusqu’à cinq semaines.

L’opération au complet, lancée au début de la semaine, aura duré à peine cinq jours.

Une fois installée, la super-poutre empiétera sur les voies de circulation et obligera la fermeture complète, durant un mois, de la voie de droite du pont Champlain, vers la Rive-Sud.

Le tracé des trois voies habituelles sera reconfiguré dans les semaines à venir.

L’échéancier de travail de la société PJCCI, jusqu’à lundi, sera très serré. Il prévoit une démobilisation complète des chantiers et le retrait de la machinerie lourde du tablier du pont Champlain pour 5h, lundi matin, juste avant le début de l’heure de pointe matinale, en direction de Montréal.

Installation de la super-poutre

Vendredi 15h à 21h Chargement de la poutre sur le fardier

Vendredi, 21h à minuit Fermeture de quatre voies de circulation

Samedi, minuit à 2h Mobilisation du chantier sur le pont

Samedi, 2h Fermeture complète du pont

Samedi, 2h à 3h Transport de la poutre sur le pont

Samedi, 3h à 7h Mise en place de la super-poutre sur la poutre fissurée

Samedi, 7h Ouverture d’une voie de circulation par direction

Samedi 7h à lundi 2h Arrimage et mise en service de la super-poutre

Lundi, 2h à 5h Démobilisation du chantier

Lundi, 5h Ouverture de cinq voies de circulation. La voie de droite en direction de la Rive-Sud reste fermée

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *