Newtown/tuerie : les motivations de Lanza resteront à jamais inconnues

Adam Lanza, l’auteur du massacre de l’école primaire Sandy Hook à Newtown (Connecticut) l’an dernier, était un jeune homme très perturbé, obsédé par les massacres, mais rien n’a permis aux enquêteurs américains d’expliquer les raisons de son acte prémédité.

«Pourquoi le tireur a-t-il tué 27 personnes dont 20 enfants? Malheureusement, cette question restera peut-être à jamais sans réponse»,  écrit le procureur de l’État du Connecticut, dans le rapport d’enquête publié lundi. Ce rapport établit que Lanza, 20 ans, a agi seul et avait prémédité son acte, y compris son suicide, sans que l’on sache «pourquoi il a fait ça, et pourquoi il a choisi l’école primaire Sandy Hook».

Sur 44 pages, le rapport du procureur Stephen Sedensky, qui met un terme à l’enquête, raconte le déroulement du drame durant lequel «en moins de 11 minutes, 20 élèves de classe primaire et six adultes ont perdu la vie» le 14 décembre 2012, dans cette petite ville tranquille, en plus du tueur qui s’est suicidé dans une classe, et de sa mère, tuée le matin même dans son lit de plusieurs balles dans la tête.

Adam Lanza, le tueur de Newtown, où 27 personnes, dont 20 jeunes enfants, ont trouvé la mort, le 14 décembre 2012. 

Photo Université d’État de l’ouest du Connecticut, AP

Adam Lanza, 49 kilos, souffrait de «graves troubles mentaux qui affectaient sa capacité à vivre une vie normale et à interagir avec les autres, même ceux dont il aurait dû être proche», écrit le rapport, qui décrit un jeune homme qui par exemple ne communiquait avec sa mère que par courriel, dans une maison où les enquêteurs ont retrouvé de nombreuses armes à feu achetées légalement par celle-ci.

Nancy Lanza avait encore rédigé un chèque pour son fils, afin qu’il achète une nouvelle arme pour Noël.

Adam Lanza «était obsédé par les massacres, en particulier celui du lycée de Columbine (Colorado)», où deux élèves avaient ouvert le feu tuant 12 lycéens et un enseignant avant de se suicider le 20 avril 1999, selon les enquêteurs.

Il a agi seul et a prémédité son geste

Ceux-ci ont retrouvé chez lui de nombreux documents électroniques sur ce massacre, ainsi que des images de lui avec un pistolet sur la tempe, deux vidéos montrant des suicides, des vidéos montrant des enfants abattus, un jeu vidéo mettant en scène un tueur entrant dans une école… Il avait bloqué les fenêtres de sa chambre avec des sacs poubelle noirs, ainsi que celles de la salle d’ordinateur à côté. Personne n’avait le droit d’y entrer.

Le rapport précise aussi qu’il n’avait donné aucune indication à qui que ce soit de ce qu’il préparait, qu’il a agi seul et qu’il avait prémédité son geste.

Sur son corps à l’école les enquêteurs ont retrouvé 253 munitions. Après avoir tiré sur une porte vitrée pour entrer dans Sandy Hook avec une arme semi-automatique, vers 09H30, il avait tué la directrice et la psychologue qui s’étaient précipitées en entendant le bruit, puis était entré dans deux classes de primaire: dans la première classe, il avait tué l’enseignante, son assistante et 15 enfants de six et sept ans avec son arme semi-automatique. Un seul enfant avait survécu. Dans la deuxième classe, Lanza tue les deux adultes, et cinq enfants. Neuf petits écoliers réussiront à s’enfuir.

Le premier coup de téléphone à la police, depuis l’école, avait été passé à 09H35. La police y était arrivée à 09H39. À 09H40, Adama Lanza avait mis fin à ses jours, quatre minutes avant que la police ne pénètre dans le bâtiment.

La veille, selon le GPS de la voiture qu’il conduisait, il était allé rouler près de l’école.

La publication du rapport, repoussée à plusieurs reprises, intervient alors que Newtown s’apprête à marquer le premier anniversaire de la tragédie le 14 décembre.

Le massacre des enfants, à deux semaines de Noël, avait traumatisé les États-Unis et relancé le débat sur les armes à feu. Une poignée d’États ont depuis durci leur législation en matière d’armes à feu, mais la grande réforme voulue par le président Obama au niveau national s’est fracassée en avril dernier sur le refus du Sénat

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *