Montréal/crime: le flou persiste autour du sauvage assassinat dans un Maxi de Saint-Michel

Le présumé meurtrier de l'employée du supermarché Maxi

Le présumé meurtrier de l’employée du supermarché Maxi

En fin de soirée, lundi, le mystère le plus complet planait sur l’assassinat de Clémence Beaulieu-Patry, dont la vie a été fauchée à 20 ans par un suspect qui est toujours au large. Pour les proches de la victime, dépeinte comme une jeune fille douce, rieuse et discrète, c’est l’incompréhension la plus totale.

La tragédie est survenue dimanche soir au supermarché Maxi de l’avenue Papineau, tout près de Crémazie, dans le quartier Saint-Michel à Montréal.

Il était 20 h 35, une heure à laquelle il y a beaucoup de clients. Le suspect, non cagoulé, aurait traversé le magasin et poignardé sauvagement à l’arme blanche la jeune femme, qui travaillait au rayon des vêtements. Il a ensuite pris la fuite à pied.

Pas moins d’une trentaine de témoins ont assisté à la scène, impuissants. La police les a tous interrogés pendant la nuit.

Animatrice scoute depuis peu, Clémence Beaulieu-Patry aspirait à devenir éducatrice spécialisée. La mère de l’une de ses meilleures amies était atterrée, lundi.

« Ma fille et elle étaient très proches, a-t-elle dit. Samedi, Clémence a passé l’après-midi chez nous et soupé à la maison. Cet après-midi [lundi], elle projetait avec ma fille d’aller au Musée des beaux-arts pour voir l’exposition Pompéi. Mais dès dimanche soir, on s’est inquiétés. À 22 h 30, son copain m’a téléphoné pour me demander si on savait où elle se trouvait. Il était devant chez elle et il n’y avait personne. Jusqu’à 1 h, on a tenté de la trouver, appelé des hôpitaux au cas où un de ses proches aurait fait un malaise et qu’elle se trouverait avec lui. À 2 h du matin, son copain m’a texté pour me dire qu’il avait une très mauvaise nouvelle à nous apprendre. »

« Son copain et elle vivaient un amour comme on en voit peu chez des gens de cet âge, a ajouté la dame, qui a préféré ne pas être identifiée. Clémence, c’était une soie, une fille que tous les parents auraient rêvé d’avoir. »

«C’était une fille discrète, qui riait tout le temps, et certainement la dernière personne que l’on pourrait soupçonner de se mettre dans le trouble.»

La mère de l’une des meilleures amies de la victime

« Je connais aussi son ex, un bon gars qui s’est remis en couple avec une autre fille qu’il fréquente depuis deux ans. Impossible de le soupçonner de quoi que ce soit », a-t-elle précisé.

« Clémence et Mathieu rêvaient de se marier, d’avoir des enfants. Mon ami est dévasté, a pour sa part raconté Gabriel-Shawan Raymond-Ponce, un ami du couple, lui-même très ébranlé. Clémence, c’était une fille parfaite. »

« C’était une fille tranquille, sage, de bonne famille et qui avait une relation stable avec un très bon gars », a aussi relaté Simon Pharand, qui connaissait Clémence depuis des années parce qu’ils étaient voisins depuis l’enfance et qu’ils avaient tous deux fréquenté la polyvalente Louis-Riel.

Les employés du Maxi, qui n’avaient pas été prévenus du drame, ont été nombreux à se pointer au travail tôt lundi matin. Les policiers leur ont appris la terrible nouvelle, les ont brièvement interrogés, et ils sont repartis un à un, le supermarché étant fermé.

En matinée, les policiers ont eu tôt fait d’expliquer que les caméras de surveillance avaient pu capter des images, dont ils cherchaient à améliorer la précision.

En fin d’après-midi, le Service de police de la Ville de Montréal a pu publier deux photos du suspect, qu’il a diffusées dans un avis de recherche.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *