Martelly tend un rameau d’olivier aux parlementaires

Le chef de l’Etat haïtien, Michel Martelly, affirme qu’il veut poursuivre le dialogue et assurer la cohésion entre l’Exécutif, le Législatif et le Judiciaire pour l’appareil d’Etat puisse être à la hauteur de sa mission. Il soutient que l’unité est indispensable pour qu’Haïti puisse devenir une nation forte et souveraine s’engageant à exercer le leadership de la nation dans le cadre d’une coopération intelligente et constructive entre les trois pouvoirs.

M. Martelly prône la philosophie du Pardon et de la réconciliation de Nelson Mandela “qui ne saurait être en aucun cas confondu avec l’oubli ou la réhabilitation”. Plusieurs parlementaires ont répondu favorablement en applaudissant les remarques du chef de l’état sur ce dossier.

Tout en assurant que son combat est juste le chef de l’état veut enterrer la hache de guerre avec ceux qui ne partage pas sa vision. “Il est temps que le message d’union soit mis en pratique pour affronter les défis qui diminuent notre capacité à sortir de la précarité et de la dépendance humiliante face à nos besoins les plus primaires” lance t-il.

Le chef de l’Etat dit s’engager à faciliter des avancées concrètes, rapides et visibles vers cet objectif qu’il qualifie d’ultime. D’après le locataire du Palais National l’unité est indispensable pour les acteurs haïtiens. “Il y a va de l’avenir de la démocratie, de la survie de notre nation et de notre crédibilité sur la scène internationale et de la façon de répondre de manière continue et responsable aux légitimes desideratas de l’immense majorité d’une population fatiguée par nos luttes intestines et souvent vide de sens”, a-t-il insisté.

Martelly juge que son administration de concert avec les acteurs politiques doivent parmi d’autres relever le défi de la négation des droits acquis de certains étrangers d’ascendance haïtienne. “L’avenir et les perspectives pour Haïti seront prometteurs si nous acceptons de nous asseoir à la table du dialogue et de la construction d’une Haïti plus forte, plus juste et plus prospère”, conclut-il.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *