Longueuil/interdiction: trois cent-milles résidents de la rive sud privés d’eau potable

eau

L’avis d’interdiction de consommer l’eau à Longueuil, Saint-Bruno-de-Montarville et Boucherville visant près de 300 000 personnes est toujours maintenu vendredi matin.

«Des analyses indiquent que la qualité d’eau s’améliore, mais nous attendons d’avoir d’autres résultats sur l’ensemble du réseau avant de lever l’avis», a déclaré la mairesse Caroline St-Hilaire qui a fait le point sur la situation, ce matin à 7 heures.

«L’eau à la sortie de station de pompage et l’usine d’épuration Rive-Sud respecte les normes du règlement sur qualité eau potable», a ajouté Jean-Pierre Richard, directeur du génie à la Ville de Longueuil. La question est maintenant de savoir si celle qui sort de robinet est encore contaminée.

L’avis émis jeudi matin vers 10h30 vise les arrondissements du Vieux-Longueuil et de Saint-Hubert ainsi que les villes de Saint-Bruno-de-Montarville et Boucherville. Les secteurs de Greenfield Park et LeMoyne ainsi que les villes de Saint-Lambert et Brossard sont épargnés.

La mairesse a souligné que l’on comptait maintenant 20 points de distribution d’eau. «Je vous garantis que l’on ne manquera pas d’eau», a insisté la mairesse. Les citoyens peuvent obtenir davantage d’information sur le site de la Ville.

Les garderies et les écoles ont été approvisionnées en eau potable. La Ville devrait dresser un portrait plus précis de la situation d’ici midi. La Ville est toutefois incapable de dire combien de temps encore l’avis sera en vigueur.

Tant que l’avis est maintenu, l’eau ne doit pas être bue ou utilisée pour préparer des boissons, pour laver des aliments ou se brosser les dents. Il n’y a pas de risque pour cependant la douche, a indiqué jeudi le Dr Jean Rodrigue, directrice de la Santé publique de la Montérégie lors du point de presse de la mairesse. Faire bouillir l’eau demeure inutile pour ce type de contamination.

Le ministère de l’Environnement, qui a dépêché un laboratoire mobile pour faciliter et accélérer les analyses, confirme vendredi matin que les analyses à l’usine d’épuration démontrent que les concentrations de diesel diminuaient et sont en dessous des normes du règlement sur la qualité de l’eau potable.

«Les résultats [d’analyses] sont tout à fait rassurants, a affirmé pour sa part Marc-André Lemieux de la Santé publique de la Montérégie. De notre point de vue les nouvelles sont excellentes.»

La mairesse avait confirmé la présence d’hydrocarbure dans l’eau potable en fin d’après-midi, jeudi. C’est une fuite d’un réservoir de diesel qui alimente la génératrice d’un puits de pompage d’eau brut (l’eau prélevée du fleuve avant traitement) qui est à l’origine de l’incident.

Mercredi, près de 28 000 litres diesel ont contaminé le réseau d’égout de Longueuil et le fleuve Saint-Laurent. Après avoir insisté pour dire que les réservoirs d’eau potable n’étaient pas affectés, la Ville a dû se raviser jeudi après que plusieurs citoyens se sont plaints d’odeurs et d’un gout étrange dans leur eau.

Les citoyens ont dû attendre plusieurs heures avant de recevoir les deux bouteilles de 4 litres auxquelles ils avaient droit, jeudi. La mairesse avait reconnu que tout n’avait pas fonctionné comme prévu. L’eau commandée en matinée n’a été livrée qu’à 16 h 30.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *