Les indépendantistes sont partagés sur la charte des valeurs québécoises

L’interdiction du port de signes religieux ostentatoires chez les employés de l’État divise les troupes souverainistes. Aux yeux de certains, elle risque même de nuire au projet d’indépendance du Québec.

Mercredi, les indépendantistes pour une laïcité inclusive ont fait parvenir une lettre ouverte aux médias, dans laquelle ils dénoncent la «stratégie» électoraliste du Parti québécois (PQ).

«Un gouvernement indépendantiste devrait éviter de diviser inutilement la population, mais aussi les indépendantistes eux-mêmes», a déclaré en point de presse Jean Dorion, ancien député du Bloc québécois et ancien président de la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal.

«Un gouvernement indépendantiste devrait éviter de mettre en place des politiques qui feront en sorte que systématiquement des minorités qui se sentiront exclues et opprimées trouveront dans les lois du Parlement fédéral une protection qui justifiera dans leur esprit la croyance que le Canada est le dernier rempart contre certains abus», a-t-il ajouté.

Douche froide

Une autre signataire de la lettre, la députée du Bloc québécois Maria Mourani, estime que les souverainistes risquent de perdre des appuis au sein des communautés culturelles si la Charte présentée par le PQ est adoptée. Le fait de forcer des croyants à choisir entre le port d’un signe religieux et leur emploi aura l’effet d’une douche froide pour plusieurs Québécois issus de l’immigration, dit-elle.

«Ça fait plus de 10 ans que je travaille activement au sein de différentes communautés pour expliquer c’est quoi le projet indépendantiste. Il y a des femmes qui portent le voile qui sont devenues membres du Parti québécois et membres du Bloc québécois, des personnes que j’ai passé des années à convaincre que la souveraineté du Québec, c’était la seule option possible pour le Québec, qui me disent aujourd’hui: non, c’est fini.»

À son avis, plusieurs se sont sentis trahis. «Ils me disent: On ne fait pas partie du “nous” de Mme Marois, alors pourquoi on irait se battre pour une cause dans laquelle on n’est pas acceptés?»

Mme Mourani est une catholique croyante. Mercredi, en point de presse, elle portait une petite croix au cou. Vu sa «discrétion», ce symbole religieux serait accepté si la nouvelle charte était adoptée par le gouvernement.

Par ailleurs, les élus, contrairement aux fonctionnaires, n’auront pas à afficher la «neutralité» de l’État. Elle comprend toutefois le désarroi exprimé par des sikhs, des musulmanes et des juifs sur la place publique depuis le dévoilement du projet de loi du ministre Drainville.

«C’est sûr que je me sentirais brimée si on me demandait de l’enlever», a-t-elle expliqué. «Ce n’est pas juste un symbole de ma religion. Pour moi, porter une croix, ça me protège tous les jours. Comme beaucoup ont dit, par exemple, je n’enlèverai pas mon voile, moi, je n’enlèverai pas ma croix.»

Le Bloc appuie le PQ

Peu de temps après la conférence de presse des indépendantistes pour une laïcité inclusive, le Bloc québécois a diffusé un communiqué de presse intitulé «Le Bloc québécois donne son plein appui à la proposition du gouvernement du Québec». 

«Le Bloc québécois souscrit aux valeurs communes énoncées dans la Charte et réitère qu’il est favorable à l’encadrement des accommodements religieux ainsi qu’à la nécessaire neutralité religieuse de l’État», peut-on lire dans le document.

Comme son chef Daniel Paillé mardi, le parti n’est toutefois pas allé jusqu’à appuyer formellement l’interdiction du port de signes religieux ostentatoires pour tous les employés de l’État. 

En entrevue à La Presse, M. Paillé avait énoncé le besoin de réfléchir davantage à cette question. Le Bloc prône depuis plusieurs années que cette interdiction se limite aux fonctionnaires en position d’autorité.

«Un geste courageux»

La démarche du gouvernement Marois pour enchâsser les valeurs québécoises communes dans la Charte québécoise des droits est «un geste courageux», estime l’ancien premier ministre Bernard Landry. «Ce débat devait avoir lieu, l’ancien gouvernement ne l’avait pas fait, et le PQ le fait, comme il s’y était engagé», observe-t-il. 

Pour lui, «le Québec est multiethnique, pas multiculturel, les pays qui ont flirté avec le multiculturalisme le regrettent, la France, l’Allemagne, la Grande-Bretagne. Le Québec s’est toujours opposé à cela, il se l’est fait imposer [par Ottawa]. Qu’il réagisse, c’est une bonne chose, c’est de la franchise et c’est conforme à nos valeurs», résume M. Landry.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *