Le Parlement vote une loi pour moderniser les partis

Le sénateur Steven Benoît se réjouit du vote de la loi sur le fonctionnement et le financement des partis politiques. Après 13 ans les législateurs ont finalement voté le document dans les mêmes termes dans les deux chambres.

La loi a été votée mardi en deuxième lecture à la chambre basse. 52 députés avaient pris part à cette séance, révèle M. Jean Tholbert Alexis, président de la chambre basse.

Le sénateur Benoît juge que cette législation permettra de moderniser la vie politique. Les leaders des partis devront dans les 60 jours après la publication de la loi se mettre à jour.

Il prédit la disparition des petites formations politiques qui ne compte aucun élu au Parlement ou dans les régions.

Cet avis est partagé par le député Tholbert Alexis qui exhorte les petits partis à se fusionner suivant leur idéologie.

Le président de la chambre basse fait état de l’introduction de nouveaux concepts tel le leader de l’opposition. Ce titre sera attribué au leader du parti ayant une majorité relative dans les deux chambres. Le leader de l’opposition devra être invité à participer aux cérémonies officielles.

La nouvelle législation définit également les règles en ce qui a trait au financement des partis. Le ministre des finances devra dans la loi de budget allouer des fonds au prorata des élus au Parlement.

M. Alexis juge que la loi contribuera également à une moralisation de la vie politique. Une personne élue sous la bannière d’une formation politique devra être membre du bloc parlementaire de ce parti. Sau cas où cet élu voudra intégrer un autre bloc il devra verser la moitié de ses émoluments sur une période d’une à deux années.

Le député Alexis estime que la loi est une étape vers la normalisation de la vie politique indispensable à la stabilisation sociopolitique.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *