Le gouvernement veut poursuivre le dialogue avec les militaires démobilisés

Les autorités haïtiennes envisagent de poursuivre le dialogue avec les militaires démobilisés après les opérations ayant permis de les déloger des camps. Le secrétaire d’État à la sécurité publique, Reginald Delva, révèle que des officiels du gouvernement se sont entretenus lundi avec les responsables du Bureau des Militaires Démobilisés en vue de planifier le versement de la troisième tranche d’arriérés des frais de pension. Il informe également que les autorités préconisent une prise en charge des jeunes recrues non membres des FAd’H.

Interrogé sur la nouvelle stratégie à l’ égard des militaires démobilisés, M. Delva, donne l’assurance que les portes ne sont pas fermées. En ce qui a trait aux armes détenues par ces ex membres des FAd’H, le secrétaire d’État à la sécurité publique espère qu’ils pourront rendre ces armes aux autorités.

M. Delva révèle qu’il est en contact avec les leaders du mouvement des militaires démobilisés en tant que membre de la commission interministérielle chargée de négocier une solution de sortie de crise avec les ex membres des FAd’H.

L’opération contre les militaires démobilisée n’a fait aucun blessé, assure M. Delva qui se réjouit du professionnalisme des policiers haïtiens. Cette intervention aurait été décidée suite à une attaque des militaires démobilisés contre le Palais National le 18 mai 2012. M. Delva, ancien officier des FAd’H, assume avoir pris l’initiative de lancer l’attaque pour déloger les ex soldats des camps des camps de Lamentin et du Cap Haïtien notamment.

Tout en reconnaissant la justesse des revendications salariales des militaires démobilisés il dénonce des dérives ayant provoqué un climat d’insécurité.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *