Des ex-militaires délogés de leurs camps et entendus au parquet de Port-au-Prince

53 individus, qui se présentent dans leur majorité comme des militaires démobilisés, ont été déférés lundi au parquet de Port-au-Prince où ils ont été auditionnés en compagnie de deux ressortissants américains, trois jours après leur arrestation sous divers chefs d’accusation allant de complot contre la sûreté intérieure de l’Etat à la tentative d’exécution d’un policier en passant par la détention illégale d’armes à feu.

Ces suspects, retrouvés pour la plupart en treillis militaire et en armes, paradaient dans les rues de la capitale vendredi dernier à l’occasion de la fête du drapeau lorsqu’ils ont été interceptés.

Le commissaire du gouvernement, Me Jean Renel Sénatus, souligne que certains d’entre eux sont des jeunes ayant entre 18 et 30 ans et qui auraient une expertise dans la fabrication de fausses armes à feu servant à commettre des actes d’intimidation.

Concernant les deux citoyens américains mis sous les verrous -Dieson et Steeve ainsi connu et dont l’identité devait être établie- ils ont été interrogés avec le concours d’un interprète en présence du consul américain à Port-au-Prince conformément aux dispositions de la convention de Genève relatives aux droits des étrangers. L’un des deux hommes entretenait d’étroites relations avec des bandits tombés sous les balles des forces de l’ordre dans des affrontements tandis que son compatriote avait le statut de formateur auprès des ex-soldats qui occupaient d’anciens camps militaires, a affirmé Me Sénatus.

D’autres complices de ces hommes armés en uniforme qui leur fournissaient de l’argent et du riz étaient activement recherchés, selon le commissaire qui précise que des armes, un véhicule et une génératrice ont été confisqués lors de la descente policière effectuée à la base de Lamentin 54 à Carrefour (sud de la capitale).

Deux autres anciens militaires ont failli se faire épingler au parquet où ils s’étaient présentés pour apporter leur soutien à leurs frères d’armes Robert Larose et Wilgot Ménard, détenus depuis le week-end écoulé.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *