Canada/justice: le procès de l’animateur vedette de CBC démarre à Toronto

L'ancienne vedette déchue Jian Gomeshi

L’ancienne vedette déchue Jian Ghomeshi

Le procès de l’animateur de radio tombé en disgrâce Jian Ghomeshi s’ouvre lundi matin à Toronto.

L’ancien animateur de l’émission culturelle Q à la radio de CBC a plaidé non coupable à quatre accusations d’agression sexuelle et à un chef de tentative d’étranglement pour vaincre la résistance de la victime.

La controverse entourant le populaire animateur a fait surface en octobre 2014, quand CBC a annoncé qu’il se retirait de ses engagements pour «gérer certaines questions personnelles». Le diffuseur public avait coupé tous les liens avec son employé deux jours plus tard.

CBC avait par la suite expliqué avoir décidé de congédier M. Ghomeshi après avoir pris connaissance de «preuves explicites» montrant qu’il aurait blessé physiquement une femme.

Dans un long message sur Facebook, Jian Ghomeshi avait reconnu avoir eu des relations sexuelles «brutales», mais affirmait que ces relations étaient toujours consensuelles.

 Après une enquête policière, M. Ghomeshi s’est rendu aux autorités pour faire face à de multiples accusations, un mois après son congédiement par CBC.

En plus des quatre accusations qui feront l’objet du procès qui commence lundi, M. Ghomeshi fait face à une autre accusation d’agression sexuelle, qui sera jugée lors d’un procès distinct en juin.

Les allégations pour lesquelles M. Ghomeshi sera jugé à partir de lundi remontent à aussi loin que 2002.

S’il est reconnu coupable d’agression sexuelle, l’ex-animateur est passible d’une peine maximale de 18 mois de prison. Pour l’accusation de tentative d’étranglement pour vaincre la résistance de la victime, toutefois, la peine maximale est la prison à vie.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *