USA/intempéries: la tempête monstrueuse aura fait plus de peur que de mal

usa

L’interdiction totale de circuler a été levée mardi matin à New York, la plus grande ville américaine ayant été largement épargnée par la tempête de neige qui a touché le nord-est des États-Unis.

«La tempête n’a pas été aussi grave que l’avaient prédit les météorologistes», a déclaré le gouverneur de l’État de New York Andrew Cuomo. «Nous levons toutes les interdictions de circuler sur les routes», en coordination avec l’État voisin du New Jersey, a-t-il annoncé lors d’une conférence de presse.

Il a ajouté que les transports en commun, tous interrompus lundi soir dans la ville de 8,4 millions d’habitants, reprendraient progressivement à partir de 9h00, et fonctionneraient à 60% de leur capacité en fin de matinée, soit l’équivalent d’un service du dimanche.

Trains de banlieue, métro, bus avaient tous été arrêtés lundi soir, dans l’attente d’un blizzard que la météo nationale avait qualifiée de «potentiellement historique».

Le maire de New York Bill de Blasio avait demandé aux habitants de rester chez eux, les spectacles de Broadway avaient été supprimés et la ville privée de transports a connu une nuit incroyablement calme.

Mais le blizzard ne s’est pas concrétisé.

Il est tombé 16 cm de neige à Central Park depuis lundi, selon les relevés du National Weather Center, la météo nationale.

Le gouverneur Andrew Cuomo a précisé que 29,5 cm de neige étaient tombés à l’aéroport de LaGuardia, et 40 cm à Long Island, «plus durement touchée», à l’est de New York.

À Manhattan, les principales artères étaient dégagées mardi matin, les chasse-neige ayant travaillé toute la nuit. Les ponts et tunnels ont été rouverts.

Les aéroports new-yorkais étaient opérationnels, mais «le problème ce sont les nombreuses annulations de vol», a ajouté M. Cuomo.

En raison du mauvais temps prévu, plus de 4600 vols avaient été supprimés mardi selon le site spécialisé FlightAware.com, mesures touchant surtout les aéroports de New York, Philadelphie et Boston.

95% des vols étaient supprimés à l’aéroport new-yorkais LaGuardia, 93% à Newark et 81% à l’aéroport international John F. Kennedy.

À Boston, plus au nord, 85% des vols étaient supprimés, et à Philadelphie, plus au sud, 89%, selon le site.

Le gouverneur de New York a cependant défendu la décision d’arrêter toute la circulation, rappelant qu’il y a quelques semaines, une tempête de neige dans la région de Buffalo, au nord de l’État, avait bloqué de nombreux automobilistes sur les routes pendant de longues heures.

«Les routes étant vides, nous avons pu les dégager» de la neige. Et le fait d’avoir mis à l’abri les rames de métro permettra au système de «reprendre plus vite», a-t-il déclaré.

Des millions d’Américains dans le nord-est s’étaient calfeutrés chez eux lundi soir, après avoir dévalisé les magasins d’alimentation dans l’attente de la tempête de neige.

Celle-ci menaçait encore Boston mardi matin, où la météo nationale prévoyait jusqu’à 60 cm de neige.

68,32 cm à Central Park en 2006

«Ce n’est pas une tempête typique», avait insisté lundi le maire de New York. «Rentrez tôt chez vous», a-t-il ajouté, répétant que le blizzard devait être «l’un des plus importants de l’histoire de la ville» de 8,4 millions d’habitants.

Le record pour une tempête de neige à New York date de 2006, quand 68,32 cm de neige avaient été enregistrés à Central Park les 11 et 12 février.

«Les New-Yorkais doivent se préparer à de possibles pannes d’électricité, dues aux vents violents qui pourraient faire tomber les lignes et les arbres», avait aussi averti le gouverneur de l’État de New York.

Les New-Yorkais inquiets avaient dévalisé les supermarchés dimanche et lundi pour faire des provisions, patientant parfois dans le froid avant de pouvoir y entrer acheter pain, lait, fruits et légumes.

«Je n’ai rien à manger. J’ai besoin de provisions. Qui sait si demain je vais pouvoir sortir de chez moi», avait confié à l’AFP Rosa Ramirez, une Dominicaine patientant dans une file devant le supermarché Whole Foods d’Union square à Manhattan.

La tempête actuelle, qui concerne une bande de plus de 450 km de longueur, allant de Philadelphie à l’État du Maine, devrait s’éloigner progressivement mercredi.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *