USA/défense: Obama nomme Ashton Carter pour un renouveau du Pentagone

Jhon Kerry, Barack Obama et Ashton Carter

Jhon Kerry, Barack Obama et Ashton Carter

Le président Barack Obama annonce vendredi matin la nomination d’Ashton Carter à la tête du Pentagone, en remplacement de Chuck Hagel, a indiqué un responsable américain.

La Maison-Blanche a annoncé il y a dix jours le départ de Chuck Hagel, insistant sur la nécessité d’un renouveau à la tête du ministère de la Défense.

Connu pour son franc-parler, M. Carter, 60 ans, expert des questions budgétaires, est un fin connaisseur des arcanes du Pentagone, dont il fut le numéro 2 entre 2011 et 2013.

Sa confirmation par le Sénat ne devrait pas poser de problème dans la mesure où plusieurs élus républicains de premier plan ont déjà indiqué qu’ils n’y étaient pas opposés.

Le sénateur républicain John McCain a jugé qu’il avait les qualités requises pour le poste, tout en estimant qu’il aurait «peu ou pas d’influence» sur les décisions cruciales en matière de sécurité nationale, telles que la lutte contre l’organisation de l’État islamique en Irak et en Syrie.

Deux anciens secrétaires à la Défense, Robert Gates et Leon Panetta, ont exprimé, dans leurs mémoires publiées récemment, leur frustration sur le mode de fonctionnement avec la Maison-Blanche.

Interrogé jeudi sur la marge de manoeuvre qu’aurait le successeur de M. Hagel, qui semble n’avoir pas réussi à se faire une place dans le premier cercle du président, le porte-parole de l’exécutif, Josh Earnest, a souligné que l’existence de frictions entre la Maison-Blanche et le Pentagone n’était «ni nouvelle ni propre à cette administration».

Mais il a aussi clairement souligné la répartition des rôles : «Le président est le commandant en chef (des forces armées) et est au sommet de la chaîne de commandement», a-t-il rappelé. «Cela signifie que le président a une responsabilité importante dans ce qui se passe au ministère de la Défense».

Michèle Flournoy, ancienne numéro trois du Pentagone qui faisait figure de favorite pour remplacer M. Hagel et devenir ainsi la première femme à diriger l’armée américaine, s’est elle-même retirée de la course dès la semaine dernière, mettant en avant des raisons familiales.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *