Une nouvelle modification du CEP est envisagée par l’Exécutif selon Joseph Lambert

Le chef de l’Etat haïtien, Michel Martelly, serait favorable à une nouvelle modification du Conseil Electoral Provisoire (CEP) révèle l’un de ses conseillers, Joseph Lambert. Les modifications pourraient conduire au départ d’un ou de tous les représentants du Parlement, explique l’ex sénateur Lambert faisant valoir qu’il revient aux législateurs de décider.

Les présidents du Sénat et de la Chambre des députés ont entrepris la semaine écoulée des discussions aux fins de designer de nouvelles personnalités au CEP. Le député Stevenson Timoléon s’était dit opposé au retrait des conseillers Marie Cluny Dumay Miracle et Pierre Simon George.
Joseph-Lambert-Photo-Le-Nouvelliste-300x207

D’après M. Lambert, le président Martelly a informé les membres de la majorité présidentielle à la chambre des députés qu’il n’a aucune objection pour une nouvelle modification. Il reste à la discrétion des législateurs de décider s’ils veulent designer un ou trois nouveaux représentants, a insisté M. Lambert assurant que l’Exécutif est disposé à accepter n’importe quelle personnalité.

Toutefois la procédure devra être assumée par les leaders du Parlement qui devront le cas échéant solliciter la démission de leurs représentants qui siègent au CEP.

Le président Martelly souhaite qu’il y ait un CEP avec 9 membres, a laissé entendre M. Lambert révélant que l’Exécutif avait envisagé de nommer des personnalités dotées d’une certaine expérience dans l’organisation des élections. Pour l’ex sénateur Lambert le président Martelly n’attend que le calendrier électoral afin de convoquer le peuple en ses comices pour l’élection des sénateurs, députés et membres de conseils municipaux.

Il exhorte les leaders du Sénat à engager un dialogue ” franc et constructif ” avec leurs collègues de la chambre basse afin de trouver un consensus sur leurs représentants au CEP.

Le conseiller du chef de l’Etat a indiqué que le Conseil Electoral peut adopter toutes les dispositions nécessaires afin de lancer le processus électoral.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *