Un Haïtien à la tête de l’Escouade contre la criminalité à Montréal

P.Vilcéus

 

Il a été depuis dix ans au cœur des principales opérations d’infiltration des groupes criminalisés à Montréal. Depuis un mois, Patrice Vilcéus est devenu le grand patron de l’Escouade Eclipse du Service de Police de la Ville de Montréal. Ce groupe constitué d’une soixantaine d’agents, est entièrement voué à la lutte contre les phénomènes de criminalité de violence sur toute l’étendue de la Métropole.

Âgé aujourd’hui dans la quarantaine, Patrice Vilcéus est arrivé de sa ville natale des Gonaïves à l’âge de trois ans. Il a grandi à Rivière-des-prairies, dans l’est de Montréal, fait son cycle de Cegep au Collège de Bois de Boulogne et dispose aujourd’hui d’une maitrise de l’Ecole Nationale d’Administration Publique(ENAP). Cela fait vingt ans qu’il a intégré le Service de police de la ville de Montréal.

M.Vilcéus arrive à la tête de l’Eclipse à un moment où plusieurs groupes questionnent sa pertinence, vu que la grande criminalité a considérablement baissé à Montréal. « Il faut comprendre que l’Eclipse a beaucoup contribué aux résultats constatés aujourd’hui en matière de sécurisation des rues de Montréal » répond le commandant de l’escouade qui met en garde contre une banalisation de la réalité de la criminalité assez importante à Montréal.

Si la métropole québécoise est de loin plus sécuritaire que d’autres grandes villes nord-américaines et européennes, Patrice Vilcéus insiste sur le fait que le travail doit se poursuivre, car une victoire sur les milieux interlopes n’est jamais complète. « Chaque fois qu’un groupe criminalisé est démantelé, plusieurs autres vont tenter de prendre la place. Les groupes criminels sont toujours en activité même quand on a l’impression d’une accalmie dans le nombre d’actes enregistrés » dit-il.

La question du profilage…

En serrant la main à ce policier noir, certes tiré à quatre épingles dans son uniforme de commandant , mais les cheveux twistés, j’ai hésité un moment avant d’aborder avec lui la question du profilage racial. Car il était la preuve que ce  moment était derrière nous. Mais malheureusement les enquêtes et statistiques continuent de prouver que le profilage et la discrimination systémique sont bel et bien présents dans notre quotidien.

Patrice Vilcéus n’est pourtant pas allé par quatre chemins pour reconnaître que le profilage est une réalité. « Vous dire que le profilage n’existe plus, serait tenter de cacher une réalité, mais je peux vous garantir que toutes les mesures sont prises pour y mettre fin » m’a-t-il répondu.

Je l’ai déjà entendu celle là commandant, mais ça rassure toujours.

Un article de Pierre Emmanuel

 

 

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *