Régine Godefroy démissionne au bout de 3 mois au ministère de la communication

La ministre de la communication, Régine Godefroy, n’aura passé qu’un trimestre à la tête de ce ministère. Dans sa lettre de démission adressée au Premier Ministre, Mme Godefroy est revenue sur son passage à l’Office des Postes. Elle s’enorgueillit d’avoir redressé en peu de temps une institution qu’elle a hérité dans un état de délabrement.

Mme Godefroy n’a pas fourni des détails précis sur les motifs de sa démission. Elle évoque le ” chevauchement évident des actions et l’adversité à créer” la cohésion dans la promotion de l’action gouvernementale.

Au bout de trois mois d’effort Mme Godefroy a décidé de jeter l’éponge. ” Je suis dans l’incapacité d’exercer mon devoir avec rigueur, honneur et intégrité, explique t-elle.

Dans sa correspondance au Premier Ministre, Régine Godefroy estime avoir eu le temps d’insuffler ” un nouveau souffle de dynamisme communicationnel” ” J’estime malgré tout avoir accompli une humble mission, dans le court temps qui m’a été alloué”, insiste t-elle.

M. Godefroy juge que la tache n’a pas été facile au sein d’une “institution jeune dans sa constitution mais ancienne dans ses tumultes, ses controverses et sa quête d’identité”. Elle révèle avoir hérité d’une ” institution quasiment sans budget, pillée du minimum de ressources mises à disposition, une multiplicité d’employés sans fonction et sans qualification qui d’eux-mêmes ont tentés de dénaturer la mission du Ministère.

La ministre de la communication fait état d’un environnement de conflit d’ingérence continu et néfaste pour l’institution. En dépit de tout Mme Godefroy soutient avoir pu “redresser l’administration dans le seul but de créer une cohésion et une harmonie dans la diffusion de l’action gouvernementale.

Il s’agit de la deuxième personnalité à avoir tenté de remettre en selle ce ministère qui avait été annexé au ministère de la culture sous les précédentes administrations et durant la première année du président Martelly. Les deux prédécesseurs de Mme Godefroy étaient des journalistes, Pierre Raymond Dumas et Ady Jean Gardy.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *