Québec/humour: Gilles Latulippe meurt d’un cancer du poumon à 77 ans

Le comédien Gilles Latulippe

Le comédien Gilles Latulippe/ 31 aout 1937-23 septembre 2014

Triste nouvelle dans le monde de la comédie: le comédien Gilles Latulippe est décédé ce matin, a confirmé le CUSM.

Le Centre universitaire de santé McGill a précisé qu’il était mort des conséquences d’un cancer du poumon pour lequel il était traité depuis quelques années. M. Latulippe avait été admis le 22 août dernier à l’hôpital pour guérir une pneumonie.

Il y a deux mois à peine, le Festival Juste pour rire rendait hommage à ce grand de l’humour pour ses 55 ans de carrière, en sa présence, à la salle Wilfrid-Pelletier à Montréal. Il était aussi en vedette cette année dans «Salut Cocu» à son théâtre d’été, à Drummondville.

La carrière de Gilles Latulippe a été marquée par de nombreux succès à la télévision et au théâtre. En parallèle, il a dirigé pendant 33 ans le Théâtre des Variétés qui, en 2004, a été rebaptisé La Tulipe en son honneur.

On peut dire que Gilles Latulippe avait la comédie dans le sang. Très jeune, il développe un intérêt pour les blagues et réalise rapidement que son avenir ne se trouve pas dans la quincaillerie familiale.

Vers le milieu des années 1950, il commence à travailler comme messager à la discothèque de Radio-Canada, où il fera la rencontre d’un autre homme qui marquera l’humour québécois: Yvon Deschamps. C’est à la suggestion de celui-ci que Latulippe commence à suivre des cours de théâtre chez François Rozet, un apprentissage qu’il poursuit pendant deux ans.

Yvon Deschamps lui présente aussi Paul Buissonneau, qui travaille alors aux loisirs de la Ville de Montréal et qui lui donnera ses premiers rôles sur scène. C’est un de ces rôles, dans la pièce «La bande à Bonneau», qui convaincra Gratien Gélinas de lui proposer le rôle du frère Nolasque dans «Bousille et les Justes».

Les années 1960, au moment où le travail se fait plus rare pour un comique, Gilles Latulippe prend son avenir en main en entamant une tournée des cabarets avec un ami comédien, Robert Desroches. On le verra ensuite à la télévision, à l’émission «Le Capitaine Bonhomme», de 1963 à 1967. Il deviendra également coanimateur de l’émission «Le 5 à 6» avec Fernand Gignac.

En 1967, il ouvre le Théâtre des variétés sur la rue Papineau à Montréal, avec un spectacle d’ouverture présenté par Olivier Guimond et Rose Ouellette, dite «La Poune». L’endroit deviendra le temple du burlesque où seront présentés des spectacles de toutes sortes qui attiraient les spectateurs par autobus. Gilles Latulippe dirigera pendant 33 ans, sans obtenir de subvention, la mythique salle jusqu’à sa fermeture en 2000. La salle rouvrira ses portes quatre ans plus tard, et ses nouveaux propriétaires la rebaptiseront Cabaret La Tulipe en l’honneur du comédien.

Gilles Latulippe a déjà déclaré en entrevue «La vie est trop courte pour regarder des drames».

Les arrangements funéraires de M. Latulippe seront communiqués ultérieurement.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *