Parlement/scandale: le parti libéral suspend deux députés accusés de Harcèlement sexuel

Les députés Scott Andrews et Massimo Pacetti

Les députés Scott Andrews et Massimo Pacetti

Le Parti libéral du Canada suspend deux députés de son caucus en raison d’une enquête sur des allégations de harcèlement sexuel faites par deux députées du NPD. L’une de ces allégations aurait été formulée directement au chef libéral Justin Trudeau la semaine dernière.

Les deux députés suspendus en attendant l’issue de l’enquête sont Massimo Pacetti, de la circonscription de Saint-Léonard de Montréal, et Scott Andrews de Terre-Neuve, a confirmé le Parti libéral.

La whip du caucus libéral, Judy Foote, a écrit dans une lettre au président de la Chambre des communes que les deux députés ont nié les allégations.

Dans cette lettre datée du mercredi 5 novembre, Mme Foote a demandé au président Andrew Scheer de mettre sur pied un processus d’enquête formel « afin de traiter ces plaintes individuellement ». Elle a aussi réclamé que le bureau de régie interne soit saisi de la question.

« À ma connaissance, il n’y a pas de précédent en la matière ni de procédure établie pour une telle situation », a précisé la whip.

« La Chambre des communes a une procédure qui permet aux employés de l’administration de traiter les allégations de faute en milieu de travail, mais il n’existe aucune procédure des plaintes des membres et des députés. »

« En attendant que cette affaire soit résolue, a conclu Mme Foote, les deux députés qui font l’objet d’allégations ont été avisés qu’à compter de maintenant, ils ne siégeront plus comme membres du caucus libéral. »

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *