Michel Forst réclame des indemnisations pour le choléra et démissionne

L’expert indépendant de l’ONU sur la situation des droits de l’homme en Haïti, Michel Forst, a présenté le week end écoulé sa démission à la commission des droits de l’Homme de l’ONU après avoir présenté son rapport lors de la 22 eme session ordinaire.

Le secrétaire général de la commission nationale des droits humains de France, avait remplacé Louis Joinet enJuin 2008. Le juriste français a évoqué des problèmes personnels pour justifier sa démission.

Dans son dernier rapport M. Forst avait abordé le dossier de l’épidémie du Choléra. Contre toute attente il demandé à l’ONU de répondre à toutes les demandes d’indemnisation des victimes. Dans son rapport M. Forst attire l’attention sur la nécessité pour que les victimes ou leurs familles connaissent la vérité et la compensation peut-être même leur octroyée.” Il exhorte les autorités haïtiennes et la communauté internationale à créer un programme d’assistance internationale pour lutter contre la propagation de l’épidémie de choléra en engageant des fonds pour financer l’infrastructure nécessaire pour éradiquer le choléra dans le pays.

Cependant à l’issue de sa dernière visite M. Forst avait esquivé les questions des journalistes sur le sujet. ” Il ne m’appartient pas de commenter une décision qui a été rendue par les services juridique des Nations Unies. Je ne suis pas un expert épidémiologique capable de déterminer l’origine de la racine du choléra, avait-il expliqué aux journalistes. En ce qui a trait à l’indemnité il avait expliqué ne pas avoir une opinion personnelle. Cela ne rentre pas dans le mandat qui m’a été confi, avait –il insisté.

La nouvelle position de M. Forst est contraire à celle des officiels onusiens. En février, les Nations-Unies avaient rejeté et qualifié de “non recevable”, la demande d’indemnisation formulée par certaines organisations locales et internationales en faveur des victimes de l’épidémie de choléra en Haïti.

Selon des organisations haïtiennes de défense des droits humains, dont le RNDDH le gouvernement haïtien n’avait pas donné son feu vert pour le renouvellement du mandat de M. Forst.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *