L’ONU refuse de commenter les poursuites judiciaires à cause du choléra

M. Farhan Haq, porte parole du secrétaire général de l’ONU, a refusé de faire de commentaires sur les poursuites judiciaires engagées contre l’Organisation des Nations Unies (ONU) par les familles des victimes du choléra en Haïti. Les avocats des familles des victimes ont déposé hier une plainte contre l’ONU devant un tribunal fédéral américain à New York.

Interrogé par les journalistes sur la demande de compensation des victimes du cholera, M. Farhan a fait valoir qu’il ” n’est pas dans les pratiques de l’ONU de discuter publiquement des poursuites intentées contre elle” . ” Puisque des procédures juridiques sont en cours, nous ne pouvons pas faire davantage de commentaires sur cette situation spécifique. a-t-il ajouté.

Lors d’un point de presse le porte parole du secrétaire général a fait valoir que ” L’ONU œuvre sur le terrain avec le gouvernement et la population d’Haïti à fournir une assistance immédiate et concrète aux personnes touchées, à mettre en place de meilleures infrastructures et à fournir des services pour tous “.

Les statistiques gouvernementales font état de 8.000 morts et 650.000 personnes affectées.

Le gouvernement haïtien n’apporte pas son appui aux organisations de défense des droits humains et aux avocats qui réclament des dédommagements pour les familles des victimes. Cependant le Premier Ministre Laurent Lamothe en marge de l’assemblée générale de l’ONU avait évoqué la ” responsabilité morale ” de l’ONU dans l’épidémie de choléra.

En août l’ambassadeur d’Haïti à l’ONU, Denis Regis, avait lors d’une réunion du Conseil de Sécurité, fait état de la ” la faute morale ” que constitue l’introduction, en octobre 2010, de l’épidémie du choléra en Haïti. Il avait précisé que le vibrio cholerae avait pourtant été éradiqué du pays depuis plus d’un siècle en Haïti.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *