L’affaire Clifford Brandt déférée au cabinet d’instruction.

Le parquet de Port-au-Prince a transféré au cabinet d’instruction le dossier de l’homme d’affaires Clifford Brandt, accusé d’implication dans un double kidnapping, a annoncé jeudi soir le commissaire du gouvernement a.i, Me Gérald Norgaisse, qui a également invoqué des « raisons de sécurité » pour ordonner que l’intéressé soit placé en détention à la prison civile de Carrefour (banlieue sud de la capitale).

S’exprimant à l’issue d’une audition d’environ deux heures au cours de laquelle ont été également interrogés quatre autres prévenus, le chef du parquet a indiqué qu’il s’agissait d’une « affaire très sensible » qui sera confiée à un juge instructeur pour les suites légales nécessaires.

Me Norgaisse, qui n’était pas disposé à répondre à certaines questions des journalistes, a aussi précisé que M. Brandt quittait la garde à vue dela Directioncentrale de la police judiciaire (DCPJ) où il se trouvait depuis son arrestation lundi pour le centre de détention de Carrefour communément appelé Omega.

Cette décision est d’autant plus surprenante que des agents de l’Administration pénitentiaire nationale (APENA), confus, attendaient avec un fourgon le prévenu pour l’emmener au Pénitencier National, la prison centrale censée être la plus sécurisée.

La même mesure a été prise pour les quatre autres individus qui comparaissaient pour la première fois en justice en compagnie de l’entrepreneur, sa secrétaire Sawadienne Jean, le mari de celle-ci, Franck Saintérine, Ricot Pierreval et Carlo Saint-Fort. Ces deux derniers ont été interceptés mercredi à la frontière avecla République Dominicaineen tentant de prendre la fuite.

Défrayant la chronique depuis lundi aussi bien sur les ondes, dans les salons que dans la rue, l’affaire concerne l’enlèvement contre une demande de rançon pharaonique de 2,5 millions de dollars de Nicolas et Coralie Moscoso, un frère et une soeur issus d’une auttre famille emblématique du monde des affaires. Les deux otages avaient été libérés après une semaine de séquestration grâce à l’arrestation de leur présumé bourreau et à la mobilisation des forces de l’ordre.

Clifford Brandt a été apparemment victime d’un malaise dans l’après-midi peu après son arrivée au parquet où il était escorté d’agents de de la police administrative, de la brigade de recherche et d’intervention (BRI) et du bureau de lutte contre le trafic des stupéfiants (BLTS), deux unités spécialisées dela PNH.

Le visage fatigué, menotté, en survêtement, l’homme d’affaires, représentant de l’une des plus grandes fortunes d’Haïti, était tombé à la renverse avant de regagner sa place dans la salle d’audition, au bout d’un moment.

Avec l’aide des policiers, il avait pu se rasseoir dans l’attente de son interrogatoire que devait conduire le commissaire Gérald Norgaisse assisté des différents substituts.

L’avocat du principal suspect, Me Patrick Vandal Fils, s’est refusé à tout commentaire sur le dossier de son client, mais affichait un sourire optimiste.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *