Lac Mégantic : le malheur aurait pu être prévenu

Transports Canada tarde encore à appliquer certaines des recommandations sur le transport ferroviaire de matières dangereuses formulées en 2011 par le Commissaire fédéral à l’environnement.

« Il y a certains dossiers que nous n’avons pas encore entièrement résolus, mais la grande partie l’a été”, a répondu hier à La Presse Gerard McDonald, sous-ministre adjoint. Il n’a pas été en mesure de préciser lesquels.

Différents rapports ont déjà mis en garde Ottawa. Le Commissaire soulignait en 2011 que Transports Canada «n’a pas élaboré ni mis en oeuvre les pratiques de gestion nécessaires pour surveiller de manière efficace la conformité réglementaire à la Loi de 1992 sur le transport des matières dangereuses».

« Bon nombre de produits comptant parmi les plus dangereux de ceux visés par la Loi circulent depuis des années sans que le Ministère ait effectué une vérification approfondie des plans d’intervention immédiate en cas d’urgence», y lit-on aussi. Un rapport interne de Transports Canada relevait déjà ces problèmes en 2006.

En 2007, le comité consultatif examinant la Loi sur la sécurité ferroviaire déplorait le fait que la règle sur la prévention et la lutte contre les incendies n’était «ni efficace ni appliquée». Il recommandait d’installer dans chaque train un enregistreur de conversations pour faire toute la lumière en cas d’accident, et d’ajouter à la loi un «devoir général d’entretien d’une installation ferroviaire.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *