Lac Mégantic : le gouvernement pourrait saisir la cargaison restante

Québec garde un œil sur le précieux pétrole brut rescapé de la tragédie de Lac-Mégantic et n’écarte pas la possibilité de le vendre pour se dédommager si ses propriétaires actuels refusent de nettoyer la «zone rouge».

En tout, 9 wagons contenant chacun environ 100 000 litres d’hydrocarbures n’ont ni explosé ni fui dans la nuit du 5 au 6 juillet. Ils sont toujours stationnés à quelques mètres du lieu du déraillement.

Puisque que la Montreal, Maine&Atlantic Railway (MMA), la Western Petroleum Co. et la World Fuel Services ne semblent pas vouloir collaborer avec le gouvernement, ces milliers de barils prennent une importance considérable.

«Ce pétrole est sur le site, à l’extérieur de la zone [rouge]. Et en fonction des décisions qui sont prises en lien avec l’ordonnance du ministre, on prendra les actions nécessaires», a expliqué à La Presse Pierre Paquin, directeur régional du ministère de l’Environnement, au cours d’une entrevue téléphonique.

«Si jamais» les entreprises tentaient d’envoyer une locomotive pour récupérer les wagons intacts, «le Ministère interviendrait et regarderait les recours possibles pour empêcher que les actifs sortent du site», a ajouté M. Paquin. «Nos juristes et le ministère de la Justice sont en constant contact là-dessus.»

Le fonctionnaire a aussi assuré que ses équipes se préparaient à l’éventualité d’une faillite de MMA.

Grâce à l’ordonnance émise par le ministre de l’Environnement, le gouvernement devient prioritaire dans la liste de ceux qui se sépareront les actifs de toute entreprise impliquée qui effectuerait un dépôt de bilan.

Pas d’engagement clair ou ferme

Le cabinet d’Yves-François Blanchet n’a pas voulu commenter la situation. Ni le ministre de l’Environnement ni ses fonctionnaires n’étaient disponibles hier pour une entrevue.

Son attachée de presse, Catherine Salvail, s’est limitée à réitérer que la réponse des entreprises visées par l’ordonnance de son patron était «insatisfaisante».

Dans un communiqué diffusé la semaine dernière, le ministre Blanchet indiquait que les deux entreprises ne s’étaient «pas engagées clairement ou fermement» à respecter les modalités de ses ordonnances.

«Il va sans dire que nous ne considérons pas cette réponse comme étant satisfaisante dans le court terme», avait-il ajouté.

L’ordonnance impose aux entreprises de récupérer le pétrole qui s’est déversé dans le sol au centre-ville de Lac-Mégantic.

«Les compagnies devront également procéder à une [évaluation] environnementale afin de déterminer ce qui est susceptible d’avoir été affecté par le pétrole et les autres contaminants, a indiqué le Ministère. Selon les résultats de ces études, un plan d’action devra être soumis et approuvé par le Ministère.»

World Fuel Services, la société qui a vendu le pétrole brut transporté par le train de Lac-Mégantic, a indiqué la semaine dernière que ses assurances pourraient être insuffisantes pour couvrir les frais de nettoyage et de décontamination. Elle a laissé entendre qu’elle pourrait se tourner vers d’autres parties impliquées dans le déraillement pour couvrir ses frais juridiques et ceux des possibles dédommagements.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *