Ketly Julien assure que le juge avait fait état de pressions du gouvernement

Ketly Julien, directrice de l’Institut Mobile d’éducation democratique (IMED), réclame la formation d’une commission d’enquête pour faire la lumière sur les circonstances du décès du juge Jean Serge Joseph.

Elle confirme que le juge lui avait fait des révélations relatives à des pressions exercées par les responsables de l’Exécutif afin de modifier la décision dans le cadre du dossier d’accusation contre des membres de la famille présidentielle. Selon Mme Julien, le magistrat avait fait ces déclarations en présence d’autres témoins moins de 24 heures avant son décès.

Interrogée sur les précisions fournies par le juge, la directrice de l’Institut Mobile d’éducation démocratique (Imed) a expliqué que la rencontre avec le juge a duré plus de 45 minutes. Le juge avait confié à Mme Julien qu’il entendait satisfaire les exigences des responsables du pouvoir judiciaire et quitter le pays définitivement.

Mme Julien déclare que le juge avait assuré qu’il avait été conduit à la rencontre au cabinet Lissade par le doyen du tribunal de première instance, Raymond Jean Michel.

Elle a également affirmé que le visage du juge Joseph était apparu défait et fatigué vendredi la veille de son décès. Je lui ai dit qu’il doit prendre des vacances, a-t-elle ajouté.

Mme Julien dit être dans l’attente d’une réaction des juges, collègues de M. Jean Serge Joseph, dont certains avaient été informés des menaces des responsables de l’exécutif. Le Barreau de Port-au-Prince, l’Association Nationale des Magistrats et le Conseil Supérieur du Pouvoir Judiciaire (CSPJ) doivent réagir après ce décès, insiste t-elle.

Toutefois Mme Julien ne se fait pas d’illusion sur les résultats de l’enquête. La justice est malade, il n’y a même pas d’institut médico-légal pour faire l’autopsie du cadavre, déplore Mme Julien qui veut témoigner par devant la commission d’enquête qui sera constituée.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *