FTQ/scandale : Marois est-elle intervenue en faveur de son mari ?

Le président de la Fédération des travailleurs du Québec, Michel Arsenault, aurait rencontré en privé la première ministre Pauline Marois à deux reprises à l’époque où elle était chef de l’opposition, alors que le Fonds de solidarité FTQ investissait dans une entreprise dirigée par Claude Blanchet, le mari de la chef péquiste, a révélé dimanche soir Radio-Canada.

La première rencontre aurait eu lieu en octobre 2008, trois mois après que le Fonds de solidarité FTQ ait investi 3 millions de dollars dans l’entreprise Capital BLF, dont M. Blanchet détenait 12% des actions, selon le réseau de télévision.

Quatre mois plus tard, en février 2009, Mme Marois aurait de nouveau rencontré Michel Arsenault au club privé 357C, à Montréal, alors que ce dernier était visé par une filature policière.

Questionnée par Radio-Canada, Pauline Marois aurait formellement nié avoir parlé des affaires de l’entreprise dirigée par son conjoint avec M. Arsenault.

Le Fonds de solidarité défend ses investissements

Certains dirigeants du Fonds de solidarité auraient été réticents à investir dans Capital BLF, avance la télévision publique. Patrick McQuilken, conseiller principal aux communications pour le Fonds de solidarité, dément cette information.

«Si le Fonds de solidarité a investi là-dedans, c’est que l’analyse a démontré que c’était un dossier qui atteignait les objectifs du fonds en matière de développement économique, que l’analyse financière et légale du dossier a conclu qu’il s’agissait d’un bon investissement, et que les instances ont accepté cet investissement», a expliqué à La Presse M. McQuilken.

Ce n’est pas la première fois que le Fonds investissait dans une fiducie de placement, a-t-il renchéri.

«Nous avons décidé après un investissement profitable avec le fonds Cominar de répéter l’exercice avec un autre fonds de placement immobilier. Il faut se rappeler le mandat du Fonds de solidarité FTQ, qui est d’aider au développement économique du Québec. Ce secteur est en pleine croissance, mais il n’y a malheureusement pas autant d’investisseurs comme ailleurs, notamment à Toronto», a expliqué M. McQuilken.

L’opposition veut plus de détails 

Les partis de l’opposition profiteront de la présence de M. Arsenault en commission parlementaire à Québec cette semaine pour en connaître davantage sur cette histoire.

«C’est une occasion en or pour faire la lumière sur ce dossier. Toutefois, le mandat de la commission est assez restrictif. J’espère que le président permettra aux députés de poser toutes les questions nécessaires», a dit lors d’une entrevue avec La Presse le député libéral Pierre Paradis.

«La première ministre devrait aussi rencontrer les journalistes et expliquer ce qui est arrivé. C’est délicat de mélanger vie privée et vie publique et c’est à elle que revient le fardeau de la preuve», a-t-il défendu.

Le député de la Coalition Avenir Québec, Christian Dubé, met en garde la commission parlementaire d’interdire certaines questions.

«Je craignais au départ qu’un mandat aussi restrictif que celui qui a été adopté n’empêche les députés à poser toutes leurs questions. Mais il faut d’abord penser aux épargnants du Fonds de solidarité, pour qu’ils soient protégés», a-t-il affirmé à La Presse

M. Dubé se dit aussi inquiet des liens qui unissent Michel Arsenault avec le Parti québécois.

«J’étais le premier député à demander une commission parlementaire pour entendre M. Arsenault. Au départ, le gouvernement ne voulait rien entendre. Le vent a changé après que j’ai reçu un appel de Michel Arsenault lui-même, qui me disait qu’il voulait se présenter en commission et répondre aux questions», a raconté le député caquiste.

«Il m’a dit ”Vous savez, j’ai beaucoup de contacts au gouvernement. Je vais faire quelque chose pour que ça marche”. Le lendemain, comme par hasard, on a su qu’on acceptait d’organiser une commission parlementaire», a dit M. Dubé.

Aujourd’hui, le mari de Pauline Marois, Claude Blanchet, ne dirige plus Capital BLF et ne détiendrait plus que 3% des actions de l’entreprise. Toutefois, il préside toujours le conseil d’administration.

Le frère de Pauline Marois et le fils de Claude Blanchet travaillent aussi pour cette entreprise.

Le bureau de la première ministre Pauline Marois a avisé La Presse ne pas avoir l’intention de réagir à ces informations ce soir.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *