Egypte: deux canadiens toujours détenus au Caire

Un représentant de l’ambassade canadienne au Caire doit rendre visite à nouveau lundi aux deux Ontariens qui ont été emprisonnés vendredi en Egypte alors qu’ils étaient en route vers Gaza.

Le ministère canadien des Affaires étrangères se dit extrêmement préoccupé par la situation. Il tente d’obtenir des détails sur les accusations qui pourraient être portées contre l’urgentologue Tarek Louban, de London, et le cinéaste et professeur de l’Université York de Toronto, John Greyson.

Le Dr Loubani fait partie de l’organisme Médecins canadiens pour les soins aux réfugiés; il devait se rendre dans un hôpital de Gaza pour participer à un échange avec l’Université Western à London. M. Greyson le suivait pour effectuer les préparatifs en vue d’un possible documentaire.

Un ami des deux Canadiens qui a reçu un coup de fil d’eux vendredi, puis un message dimanche, dit qu’ils sont « ok ». Justin Podur ne connaît pas la raison officielle de leur arrestation.

M. Podur raconte que ses deux amis étaient restés une journée de plus que prévu au Caire parce que la frontière entre l’Égypte et la bande de Gaza avait été fermée.

Selon la porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Caitlin Workwan, l’ambassade canadienne au Caire est en relation avec les autorités locales et ses diplomates se tiennent prêts à offrir leur assistance. Elle affirme néanmoins ne pas pouvoir donner davantage de détails concernant le cas de MM. Loubani et Greyson en raison du principe de protection de la vie privée.

L’organisme Médecins canadiens pour les soins aux réfugiés indique, pour sa part, que le Dr Loubani se trouvait en Égypte afin de fournir bénévolement des services de santé.

« Les autorités égyptiennes devraient être conscientes du travail important du Dr Loubani, qui fournit des traitements médicaux aux personnes dans le besoin au Moyen-Orient. Il est aussi très respecté au Canada parce qu’il porte assistance aux réfugiés – notamment à des réfugiés du Moyen-Orient – en assurant une offre de soins de santé publique dans ce pays ».

Le groupe qui milite pour l’accès des réfugiés aux soins de santé demande aussi au gouvernement fédéral de continuer son intervention consulaire ainsi qu’à l’Association médicale canadienne et à d’autres organisations professionnelles d’utiliser leurs réseaux à l’étranger pour que les deux hommes rentrent au pays en toute sécurité.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *