Edwin Zeny préconise des négociations entre le Sénat et la Présidence

Le sénateur Edwin Zeny préconise des négociations politiques pour trouver une issue au problème de la fin du mandat des sénateurs élus en 2009.

Réputé proche du chef de l’état, le sénateur Zeny assure que le président Martelly n’a nullement l’intention de dissoudre le Parlement au deuxième lundi de janvier 2014. Toutefois l’ex maire de Jacmel confirme que le président Martelly envisage de constater la fin du mandat des 10 sénateurs élus en 2009.

D’après M. Zeny la loi électorale avait été votée en 2008 par les sénateurs et les députés dans le souci d’harmoniser les échéances électorales. Ce n’est pas le président Martelly qui avait adopté cette disposition, ironise le sénateur Zeny pour qui seul un dialogue entre le Sénat et la Présidence peut permettre de trouver un consensus autour du problème.

Pour éviter la crise le sénateur Zeny exhorte le président du Sénat, Desras Simon Dieuseul, à dialoguer directement avec le chef de l’Etat. Il déplore les diatribes du sénateur Desras dans les medias faisant valoir qu’elles sont stériles.

Le sénateur Zeny dénonce la récente rencontre du président du Sénat avec les membres du Black Caucus au Congres américain. Il considère que les positions partisanes ne permettront pas de faire des progrès dans la recherche d’un compromis politique. Les hommes d’état doivent trouver une formule pour négocier face à une crise, martèle M. Zeny estimant qu’il s’agit d’une crise politique.

Interrogé sur la détermination des sénateurs à accomplir l’intégralité de leurs mandats le sénateur Zeny juge que ces parlementaires veulent bénéficier d’une année supplémentaire contrairement à la loi électorale de 2008.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *