CHUM/scandale: Christian Paire obtient malgré tout une indemnité de départ

Directeur général du CHUM pendant quatre ans, Christian Paire part avec une indemnité de départ d’environ huit mois de salaire, a indiqué ce matin le ministre de la Santé, Réjean Hébert.

Les conditions du départ sont l’objet d’une entente confidentielle, mais elles respectent les normes de son contrat, deux semaines de salaire par année de service a indiqué le ministre dans une série d’entrevues radiophoniques mercredi matin.

Mais en faisant le chèque, Québec réduira de 70 000 $ le montant alloué-le rapport du vérificateur, déposé le 27 novembre, révélait que M. Paire avait sur trois ans, obtenu un salaire excédant les normes du ministère d’un montant total de 69 000 $.

Le ministre Hébert a approuvé mercredi matin les décisions annoncées tard mardi soir  par le conseil d’administration du CHUM. Un nouveau directeur général par intérim, Michel Fontaine ira remplacer le directeur adjoint Yvan Gendron, forcé de se désister de son rôle de remplaçant parce qu’il souhaite se porter candidat au poste de directeur général. M. Fontaine est sous-ministre adjoint au ministère de la Santé. Québec envoie aussi M. Michel Baron comme accompagnateur, pour surveiller la gestion de l’établissement. M. Baron qui avait joué un rôle similaire pour le Centre universitaire de santé McGill doit “remettre de l’ordre dans la gestion du CHUM” indique le ministre de la Santé dans un communiqué. Il ne s’agit pas d’une mise en tutelle, le conseil d’administration continue son travail a-t-il indiqué.

 « Je prends acte de la volonté du conseil d’administration de procéder à d’importants changements pour restructurer la gouvernance du CHUM, comme le recommandait  le vérificateur général du Québec (VGQ). J’accepte sa demande d’être accompagné dans ce processus. Ainsi, l’accompagnateur ministériel soutiendra le CA et la haute direction du CHUM dans la mise en place de mesures rapides, efficaces et structurantes pour y parvenir. Les établissements du réseau de la santé ont le devoir de prendre des décisions dans l’intérêt du public, qui souhaite que l’argent des contribuables soit investi dans les soins et services de façon responsable et rigoureuse, dans le respect des lois et des règles en vigueur. Nous croyons que la décision d’aujourd’hui pourra remettre l’établissement sur la voie de la bonne gouvernance », soutient le ministre Hébert. 

En entrevue, le ministre Hébert a dû se défendre de ne pas rendre publics les termes précis du départ de M. Paire. Il a souligné que les choix de Christian Paire et de Arthur H. Porter, tous deux venus de l’extérieur du Québec, n’avaient pas été judicieux et qu’il faudrait a l’avenir que les dirigeants d’hôpitaux soient davantage en phase avec les façons de faire au Québec

 

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *