Boston/attentats: le procès de Tsarnaev s’ouvre sur fond de débat sur la peine de mort

USA proces

Vingt mois après les attentats de Boston, le procès de son seul accusé s’est ouvert lundi au tribunal fédéral de Boston, par la sélection des jurés.

Dzhokhar Tsarnaev, 21 ans, jeune musulman d’origine tchétchène, naturalisé américain en 2012, risque la peine de mort pour ces attentats, les plus graves depuis le 11- Septembre aux États-Unis.

Vêtu d’un chandail sombre et d’un pantalon clair, cheveu rebelle et petite barbe, il était présent lundi au tribunal fédéral, face à un premier groupe de 200 à 250 jurés potentiels auxquels le juge George O’Toole a très brièvement mentionné les charges retenues contre l’accusé, et le fait qu’il risquait la peine de mort.

Les jurés devaient ensuite remplir un questionnaire, pour commencer le processus de sélection, qui conduira à un jury de 12 personnes et 6 suppléants.

Les attentats de Boston avaient fait trois morts dont un enfant de 8 ans et 264 blessés le 15 avril 2013, lorsque deux bombes artisanales avaient explosé près de la ligne d’arrivée du marathon, transformant en chaos une immense fête populaire. Des dizaines de milliers de personnes étaient massées sur le parcours de la course au centre-ville.

S’agissant d’un rare cas fédéral où la peine de mort sera requise, la sélection des jurés – qui devront ultimement décider ou non de la peine capitale – promet d’être fastidieuse, dans une ville aux souvenirs toujours à vif. Elle devrait durer au moins deux semaines.

Selon le juge, le procès en tant que tel devrait démarrer le 26 janvier.

La défense avait, en vain, demandé que ce procès soit déplacé dans une autre ville, affirmant qu’il était impossible de constituer un jury impartial à Boston.

Un total de 1200 jurés potentiels ont été convoqués au tribunal.

Lundi matin, un premier groupe de 200 à 250 personnes était rassemblé au deuxième étage du tribunal fédéral.

Un deuxième groupe devait être convoqué lundi après-midi. Le scénario sera le même mardi et mercredi. Le procès sera ensuite ajourné jusqu’à la fin de la semaine prochaine pour finaliser la sélection.

Détenu quasi à l’isolement à la prison hôpital de Fort Devens, à 70 km de Boston, Tsarnaev, n’a fait depuis les attentats que deux brèves apparitions: une première fois, encore blessé, en juillet 2013 pour plaider non coupable des 30 chefs d’accusation retenus contre lui, dont utilisation d’une arme de destruction massive ayant entraîné la mort, et attentat dans un espace public; et une deuxième fois le 18 décembre dernier, apparemment remis de ses  blessures, pour une brève audience avant le procès.

Selon l’accusation, les deux frères Tsarnaev avaient apparemment agi seuls, loups solitaires radicalisés, ayant appris à fabriquer leurs bombes sur l’internet, à partir d’une revue d’Al-Qaïda.

Sur une paroi intérieure du bateau, Dzhokhar avait écrit un semblant d’explication à leur acte.

«Le gouvernement américain tue nos civils innocents. (…) Nous, musulmans, sommes un seul corps, vous faites du mal à l’un de nous, vous nous faites du mal à tous. (…) Arrêtez de tuer nos innocents et nous arrêterons».

Ce procès fédéral est l’un des plus importants depuis celui de Timothy McVeigh, exécuté en 2001 pour les attentats d’Oklahoma City en 1995.

Tsarnaev sera défendu par une équipe de cinq avocats, parmi lesquels Judy Clarke, spécialiste des affaires impliquant la peine de mort.

Elle l’a évitée à plusieurs de ses clients dans les années 90, notamment l’auteur des attentats des Jeux olympiques d’Atlanta en 1996 (2 morts). Mais il lui faudrait parvenir à un accord avec les procureurs, qui n’y semblent pas disposés à ce stade.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *