Arrestation du propriétaire du colis suspect à l’aéroport de Montréal

Antony Piazza, 71 ans, a comparu brièvement lundi après-midi à Montréal en lien avec le «colis suspect» qui a causé une commotion à l’aéropAntony Piazza, 71 ans, a comparu brièvement lundi après-midi à Montréal en lien avec le «colis suspect» qui a causé une commotion à l’aéroport Trudeau, dimanche.
M. Piazza est accusé d’avoir eu en sa possession une substance explosive, d’avoir tenté de transporter cette substance dans un avion, ainsi que de méfait. Le procureur de la Couronne Alexandre Gauthier s’est objecté à la remise en liberté de l’accusé, qui reviendra mardi devant la Cour du Québec, pour avoir son enquête sous cautionnement. La substance explosive ne serait pas une substance explosive en tant que telle, mais elle le serait selon le Code criminel, a indiqué Me Gauthier. En ce qui concerne l’accusation de méfait, c’est pour avoir causé le dérangement à l’aéroport Trudeau, dimanche. Plusieurs vols avaient été retardés. M. Piazza s’en allait en Californie, quand il a été intercepté.
Originaire de Téhéran, M. Piazza ne s’est pas toujours appelé ainsi. Auparavant, il s’appelait Houshang Nazemi. Fuyant la révolution islamiste, il serait arrivé au Canada en 1979. En 1985, M. Nazemi a été condamné, à St-Jérôme, à une peine de dix ans de prison pour trafic d’héroïne. Il a décidé de changer son nom par la suite et en a choisi un à consonance italienne. Marié en Iran et divorcé, M. Piazza s’était remarié au Canada avec une iranienne, en 1997. Ils sont maintenant divorcés.
M. Piazza a tenu un club vidéo iranien, International Sun Vidéo. En 2006, il s’était entretenu avec notre collègue Jean-Christophe Laurence au sujet de son commerce. L’homme se présentait sous le nom de Houshang Nazemi. Il disait avoir fait le tour du monde à la recherche de vieux films iraniens.
ort Trudeau, dimanche.
M. Piazza est accusé d’avoir eu en sa possession une substance explosive, d’avoir tenté de transporter cette substance dans un avion, ainsi que de méfait. Le procureur de la Couronne Alexandre Gauthier s’est objecté à la remise en liberté de l’accusé, qui reviendra mardi devant la Cour du Québec, pour avoir son enquête sous cautionnement. La substance explosive ne serait pas une substance explosive en tant que telle, mais elle le serait selon le Code criminel, a indiqué Me Gauthier. En ce qui concerne l’accusation de méfait, c’est pour avoir causé le dérangement à l’aéroport Trudeau, dimanche. Plusieurs vols avaient été retardés. M. Piazza s’en allait en Californie, quand il a été intercepté.
Originaire de Téhéran, M. Piazza ne s’est pas toujours appelé ainsi. Auparavant, il s’appelait Houshang Nazemi. Fuyant la révolution islamiste, il serait arrivé au Canada en 1979. En 1985, M. Nazemi a été condamné, à St-Jérôme, à une peine de dix ans de prison pour trafic d’héroïne. Il a décidé de changer son nom par la suite et en a choisi un à consonance italienne. Marié en Iran et divorcé, M. Piazza s’était remarié au Canada avec une iranienne, en 1997. Ils sont maintenant divorcés.
M. Piazza a tenu un club vidéo iranien, International Sun Vidéo. En 2006, il s’était entretenu avec notre collègue Jean-Christophe Laurence au sujet de son commerce. L’homme se présentait sous le nom de Houshang Nazemi. Il disait avoir fait le tour du monde à la recherche de vieux films iraniens.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *